(Agence de presse panafricaine) -Plus de trois mois durant, les sénégalais ont été assignés à l’état d’urgence afin de faire barrage à la propagation de la pandémie au nouveau coronavirus mais avec les avancées sur la lutte contre celle-ci, le pays est progressivement sorti de cet état d’urgence entériné dès le 30 juin dernier avant d’être assorti d’un communiqué officiel au sortir du conseil en visioconférence des ministres du 1er juillet 2020.

 

 

 

A ce propos, Le Président Macky Sall a émis le vœu de voir ses compatriotes s’investir corps et âme pour la mise en œuvre réussie du Programme de Résilience économique et sociale, à travers l’exécution du Fonds «FORCE COVID-19» doté de 1.000 milliards FCFA. Et surtout de perpétuer la solidarité agissante, les capacités de riposte et de résilience du système public de santé. Aussi a-t-il engagé son gouvernement à recruter dans les meilleurs délais davantage de personnels médicaux, cinq cent (500) médecins et mille (1000) agents professionnels de la santé (infirmiers et infirmières, sages-femmes et personnels de soutien). Ces recrutements exceptionnels, seront renforcés, à très court terme, par l’exécution du Plan quinquennal (2020-2024) d’investissement et de modernisation du secteur de la santé et de l’action sociale. Autant dire une fin heureuse de l’état d’urgence doublée d’une volonté d’entreprendre afin que ce pays connaisse une relance socioéconomique rapide assortie d’une plus grande disponibilité des services publics de base.

 

Toutefois, cela ne saurait signifier quelque relâchement quant à la poursuite du respect scrupuleux des mesures-barrière, aussi longtemps qu’une médication efficace contre ladite pandémie n’est trouvée. Aussi, les Sénégalais devront-ils poursuivre le port systématique et correct du masque de protection, les consignes de distanciation physique et de la fermeture de certains lieux recevant un grand public, notamment les lieux de loisirs à huis clos. Dans la foulée, ce pays devra rouvrir ses frontières aériennes dès le 15 juillet 2020. Toutes choses assujetties à l’impératif pour la Nation, d’engager, à partir du 1er juillet 2020, «Un Semestre intense de Travail» afin de stabiliser et relancer l’activité économique, la croissance et l’emploi dans le contexte post COVID-19.

 

 

 

Abdou Diof pour (App)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here