(Agence de presse panafricaine) -C’est depuis 6 heures du matin de mardi 17 mars que deux bateaux de la société Emmanuel en provenance de Goma ont accosté au port de Bukavu. A bord, plus de 1400 personnes d’origine Burundaise qui étaient en séjour irrégulier et inquiétant dans la ville de Goma (à l’Est de la République Démocratique du Congo en Province du Nord Kivu).

Elles ont été enregistrées et identifiées  à Goma la semaine dernière sans aucun statut officiel ni pièce d’identité. Il s’agit, selon eux, des membres d’une secte religieuse qui se réclame vouloir la terre congolaise qui serait leur terre promise, selon leur prophétesse. Le vice-gouverneur de la province du Sud-Kivu Mark Malago, les responsables de l’armée, de la police, ANR et de la DGM et la MONUSCO, les services sanitaires étaient présents pour les accueillir et s’assurer de l’état de chacun d’eux.

La province du sud-Kivu a disponibilité plus de vingt camions pour leur embarquement en direction du Burundi à partir d’uvira.  La plupart sont des femmes et jeunes filles, mais aussi près de 600 enfants.Un responsable de l’ONU à Bukavu a déploré le fait que ces personnes refusent toute assistance en nourriture qui est proposée aux enfants. Ils refusent de prendre même de l’eau à boire, selon leur croyance religieuse.
Signalons que la plupart sont ceux qui ont vécu à Kamanyola dans les années 2016-2017. Ils ne disposent d’aucun statut de réfugié, car refusant tout enregistrement biométrique du HCR et de la Commission Nationale des Réfugiés.Les autorités de deux provinces du Kivu se sont engagées à les rapatrier au Burundi à partir du poste de Kavimvira à Uvira.
 
 
Jean Claude Kalere pour (App)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here