(Agence de presse panafricaine) -Dans l’après-midi de ce vendredi 14 août 2020, à la demande de l’Ambassade du Cameroun au Tchad, le gouvernement tchadien a ouvert les frontières terrestres pour faciliter l’accès des élèves camerounais enrôlés pour le Baccalauréat du second degré, session d’août 2020. 
Du 14 au 16 août prochain, il est demandé de toute urgence à tous les candidats camerounais à la recherche du sésame (Bac) de regagner la capitale tchadienne. Mais la vigilance, informe-t-on, devra se poursuivre pour barrer la route à la propagation de la pandémie de coronavirus. Ils seront soumis aux différents tests pour s’assurer de leur état de santé. Aussitôt après s’être mis d’accord, à 14h de ce vendredi, les opérations de la traversée des frontières ont été lancées, en présence du premier conseiller de l’Ambassade du Cameroun au Tchad, Oumar Nchare, qui n’a pas caché sa satisfaction quant à la promptitude du gouvernement tchadien, soucieux de l’avenir des jeunes camerounais.
Ils sont au total 87 500 candidats tchadiens tout comme camerounais à être convoqués aux premières épreuves écrites de cet examen, prévu le 17 août 2020, sur l’ensemble du territoire national tchadien. Peu avant, précisément mercredi, 12 août 2020, le Directeur Général de l’Office national des examens et concours du supérieur (ONECS), Bakary Abbo, a informé au cours d’un point de presse, que l’utilisation des téléphones portables pendant les heures de composition est strictement interdite. Et tous les présidents des centres d’examen, a-t-il poursuivi, doivent être acheminés dans leurs centres respectifs à temps.
Pour ce Bac, l’on annonce aussi qu’il y aura alternance des jours d’examen des candidats par série et la multiplication des centres de  corrections à N’Djaména. À comprendre que les petits plats sont déjà mis dans les grands pour démarrer le 17 août 2020 dès 7h 00.
Steven Ngarhokarial, correspondant (App) Tchad

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here