Tchad coronavirus
Moundou dans la province du Logone occidental

(Agence de presse panafricaine) -Alors que le nombre de personnes atteintes de la Covid-19 ne fait que grimper dans le pays, à Moundou dans la province du Logone occidental, la population a classé les gestes barrières au musée d’illusions. L’Agence de presse panafricaine retrace ici les belles passions qui ont guidé ses pas avides de goût à la curiosité. Reportage !

 

 

 

Le ciel du dimanche 08 novembre 2020 est complètement dégagé dans la partie méridionale du Tchad. Ce qui a permis à la capitale économique du Tchad (Moundou) de jouir d’un temps clément, associant soleil et un peu de fraîcheur. Descendus à peine du bus, nous sommes accueillis par les salamalecs des conducteurs de mototaxi qui sont à la recherche de leurs pitances journalières. « Mon frère, tu vas dans quel quartier ? » « Bonne arrivée ! Viens, je te dépose en sécurité chez toi », sont entre autres les stratagèmes de survie utilisés par ces mendiants de l’espoir. Puisqu’ils sont pour la plupart, des diplômés sans emploi qui n’attendent que le gouvernement tiennent ses promesses d’intégration de 6000 jeunes à la fonction publique. A défaut, ils se mettent à la merci de la nature.

 

 

Un clin d’œil a permis à l’un d’eux de nous approcher. C’est en chemin que nous découvrons que le « type » n’a pas porté son masque. « Ici à Moundou, nous n’avons pas peur de cette maladie. Même les agents de force de l’ordre sont fatigués de faire leur contrôle comme par le passé », nous a-t-il lancé d’un air hébété. En réalité, il n’a pas tort. Quand on sait que dans cette ville, les habitudes n’ont pas changé : les gens se serrent toujours les mains, crachent à tout va et ne portent pas leurs masques. A dire vrai, les mesures barrières édictées par le gouvernement pour combattre contre ce virus, ne sont pas respectées. Ce qui fait que depuis quelques jours, le pays a enregistré plusieurs cas de contaminations. A Dombao, du nom d’un quartier de la ville, le 01 novembre 2020, l’on a enregistré un cas à l’Assemblée chrétienne de Dombao. A l’origine, le non-respect de la mesure de distanciation physique. « Certains frères disent que leur foi ne leur permet pas de porter le masque. Voilà pourquoi nous sommes arrivés jusqu’à ce niveau. Je crois que dans l’avenir, ils comprendront la nécessité de porter le masque », souligne Armand.

L’Université de Moundou en danger !

 

 

Dans ce palais du savoir, le risque de contamination est grand. Parler de la distanciation physique revient surtout à s’offrir en pléonasme. Dans le bus immatriculé AP 4018 B, ce lundi 09 novembre 2020 à 11h 13 minutes, les étudiants sont entassés comme des moutons. Ils étaient une soixantaine à occuper les sièges. « C’est comme ça tous les jours. J’entends faire un examen médical général après avoir retiré mon diplôme. Les dirigeants du Logone occidental négligent tout », explique un étudiant rencontré dans le bus.

 

 

De sources concordantes, le gouvernement tchadien a décaissé un petit quelque chose à hauteur de 13 millions FCFA pour la sensibilisation et la protection de la population. Mais l’argent a pris une autre direction. Entretemps, Coronavirus peut circuler librement dans les quatre départements de la province du Logone occidental.

 

 

 

Steven Ngarhokarial, correspondant (App), en reportage au Sud du Tchad   

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here