Tchad : Echauffourées entre forces de l’ordre et occupants du Sultanat du Ouaddaï à Abéché

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

(Agence de presse panafricaine) La famille Royale se trouve toujours à l’intérieur du Palais et n’entend pas quitter les lieux. Elle estime que l’Etat doit construire un autre Palais pour le nouveau Sultan. 

Ils  ont tenté une nouvelle dispersion ce vendredi soir, mais, en vain. L’une des descendantes de Mahamat Ourada, Fatimé Saleh Mahamat Ourada affirme que la seule issue, c’est leur mort à tous : « Le Palais est à notre grand-père Mahamat Ourada. Le Sultanat aussi. Aujourd’hui, Déby l’a pris et l’a donné à quelqu’un qu’on ne connait pas. En plus, sans nous consulter, on nous demande de quitter le Palais. On ne donnera pas le Palais. L’issue est la mort seulement. Nous ne sortirons pas… ».

« Notre réaction est vivement coercitive avec la réaction de la population abéchoise. On veut vraiment savoir si on est dans une situation démocratique ou dictatoriale. On ne peut pas venir exproprier le bien d’autrui sans son avis et sans préavis. On est prêt à mourir pour notre bien. C’est notre propriété. Nous, on ne doit pas sortir pour lui laisser cette place. C’est notre symbole », a indiqué un membre de la famille Royale. 

« Les forces de l’ordre disent avoir reçu l’ordre de nous déloger. Nous sommes allés voir le gouverneur, il dit que l’ordre vient d’en haut », témoigne quelqu’un d’autre.


Au cours de la journée déjà, une voiture avait  fait le tour de la ville, appelant la population à sortir massivement pour accueillir le nouveau Sultan du Ouaddaï, Chérif Abdelhadi Mahdi.

Et, c’est en milieu d’après midi que les populations, déjà nombreuses, ont remarqué autour du palais, la présence d’une vingtaine de véhicules des forces de l’ordre. Ce qui a éveillé la curiosité de ceux qui ont fait le déplacement, ç l’instar de Zara qui revendique également quelques liens de parenté avec l’ancien sultan : « Depuis hier, nous ne voyons que des forces de sécurité. Nous ne comprenons rien de la situation. Nous ne laisserons pas le Palais. Ce qui appartient à notre grand-père, nous mourrons martyr ».

Une tente a été dressée devant le Palais pour les femmes qui lisent les versets coraniques, tandis que les hommes occupent la cour du Palais.  Par Ricci Eyock App


Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Read Previous

Gabon : Ali Bongo Ondimba ne prend pas la parole au cours d’une cérémonie

Read Next

Niger : L’on connait le calendrier des prochaines élections

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *