tchad douane
concours d’entrée à l’école Inter-Etat des Douanes de la CEMAC

Népotisme, clientélisme, arnaque, faux et usage de faux sont entre autres les maux qui minent les services des douanes du Tchad depuis belle lurette. La publication des résultats du concours d’entrée à l’école Inter-Etat des Douanes de la CEMAC vient lever un pan de voile sur les responsables de cette institution corrompus jusqu’à la moelle épinière.

 

 

 

Le directeur des services des douanes et droits indirects et ses hommes de paille ont les mains souillées jusqu’aux coudes. Pour lancer le concours, le directeur Mahamat Abdelkerim Charfadine en complicité avec Barack Maïntoloum et Soumaïne Ousmane, représentants de cette école au Tchad, ont bloqué le communiqué pendant plusieurs jours pour organiser leur magouille avant d’afficher à moins de trois semaines de la clôture des candidatures dudit concours. Les résultats du concours d’entrée à l’école Inter-Etat des Douanes de la CEMAC sont tombés depuis le 13 mai dernier, mais les responsables du Tchad les ont gardés secrètement pour faire des chantages. Sur la liste, le faux est frappant à première vue. Six ex-aequo sur la liste des candidats au poste de contrôleur externe et sept ex aequo sur la même alors qu’on a demandé juste cinq places par Etat. D’après nos informations, dans ce cercle vicieux, la magouille est organisée depuis le déroulement de ce concours, en passant par le transfert des copies jusqu’aux résultats. Certaines personnes ont composé par fantaisie, car avant la composition, il y a des copies où le sujet a été traité et gardé jalousement quelque part, avec les noms, avant de ramasser pour les « figurants » pour compléter afin d’envoyer à Malabo en Guinée Equatoriale pour la correction. Pour les anciens de cette école, il est inadmissible de voir des candidats qui ne remplissent pas les conditions, être admis et les méritants, sur le carreau. « Ce qui se passe en ce moment à l’EIED est très grave.Ça risque de discréditer les valeurs de cette école » fulmine un ancien de cette école sur une plateforme.

 

 

« Je crois que le moment est venu pour dénoncer ce qui se passe à l’EIED. Il est inadmissible qu’on déclare admis les candidats, qui à peine écrivent leurs noms. C’est une école reconnue pour sa rigueur sur tous les plans. Mais je ne comprends plus ce qui se passe ces derniers temps » ajoute un autre.  N’est pas candidat celui qui n’a pas une personne bien placée, tel est le refrain que beaucoup de Tchadiens reprennent à la longueur des journées lorsqu’ils ont appris le lancement de ce concours. Comment comprendre qu’une personne qui ne parvient pas à faire une distinction entre son acte de naissance et la facture d’un matelas par exemple peut classer des diplômés chevronnés? Parmi les challengeurs, il y a des gens qui ont de masters. A la tête de cette liste se trouve un grand usurpateur de nom et escroc qui a envoyé un vrai douanier en chômage. Il s’agit de Toloumbaye Ndouba Patrice, un inconnu qui est venu par la ruse. En réalité celui-ci n’est pas Toloumbaye mais un individu qui est venu mettre le vrai Toloumbaye en chômage depuis plus de six ans. Après un procès qui n’a pas abouti comme il se doit, l’usurpateur de ce nom Toloumbaye Ndouba Patrice, a fini par trouver un compromis pour soulager un petit peu le vrai Toloumbaye Ndouba Patrice. Il lui donne son salaire brut mais les « 10% », comme le disent les douaniers, restent pour le contrefacteur. Sous le nez du directeur Mahamat Abdelkerim Charfadine.

 

 

Jean François Hiac  (App) Paris

Pour toute information confidentielle que vous souhaitez rendre publique

écrivez à l’adresse Watsapp +237 697 22 28 05 : contact@agencedepressepanafricain.com

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here