Tchad : L’état d’urgence prolongé à l’Est du pays

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

(Agence de presse panafricaine) L’Assemblée nationale a donné son accord ce mardi 10 septembre, en suivant la logique qui a conduit à la mise en place de cette mesure

« La prorogation sera de quatre mois et permettra de mettre fin à l’insécurité, selon le gouvernement. Mais pour l’opposition, l’état d’urgence ne changera rien à la situation… ».

Un accord désapprouvé par les partis de l’opposition qui ont estimé que c’est une perte de temps, tel que le confirme le député Gali Ngote Gata : « la sécurité, la justice et l’administration ne font pas leur travail. Voter une loi de prorogation d’état d’urgence ne peut être qu’une loi de sursis. Cette loi ne sortira pas le Tchad de cette crise actuelle… ».  

D’autres parlementaires ont dénoncé les exactions commises contre les populations de ces provinces. Elles ont perdu qui une moto, qui dès bijoux, qui de l’argent.

Le gouvernement, représenté par cinq ministres à ce débat, n’a pas reconnu les faits mais à promis attirer l’attention des forces de l’ordre : « Franchement, je n’ai pas constaté d’abus des forces de défense. On n’a pas de preuves, ni de plaintes qui disent que les forces ont abusé. Mais comme la question est posée par la presse, par les députés, par tout le monde, vous m’obligez à dire aux forces de défense “attention, ne faites pas ça” », explique Abali Salah, ministre de la Défense.

Les collaborateurs du Président Idriss Deby Itno ont par ailleurs indiqué que des couloirs seront ouverts au niveau des frontières   pour permettre aux populations de ces trois provinces pour permettre aux populations d’aller s’approvisionner en produits de première nécessité au Soudan et en Libye.

Par ailleurs, vingt-et-un jours après la déclaration de l’état d’urgence dans ces trois provinces de l’est, le gouvernement n’a pas encore sorti un rapport sur ce qui s’y passe. La Convention tchadienne de défense des droits de l’homme reconnaît que l’état d’urgence a permis d’arrêter les affrontements intercommunautaires qui s’observaient il y a encore quelques semaines, mais c’est au prix de nombreuses violations des droits de l’homme regrette son président, Mahamat Nour Ahmed Ibedou, qui assure qu’il y a des photos d’actes de torture.

Par Ricci Eyock App


Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Read Previous

Cameroun Produits hydrocarbures : Le marché national inondé de carburant frelaté

Read Next

Lutte contre la cybercriminalité : Le FBI et l’agence de lutte anti-corruption du Nigeria main dans la main

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *