Tchad-rébellion

(Agence de presse panafricaine) -Le président tchadien est décédé ce matin des suites de blessures subies sur le front du Kanem où il s’était personnellement rendu pour combattre la coalition rebelle ; si pour l’heure rien n’a filtré sur les conditions de la survenance de l’attaque meurtrière qui a emporté le Président Deby, on sait tout au moins qu’à la suite de l’annonce officielle de son décès un conseil militaire dirigé par un de ses fils, Mahamat Idriss Déby Itno, général quatre étoiles à 37 ans et commandant de la garde présidentielle, est chargé de le remplacer.

 

 

 

 

«Le président de la république, chef de l’Etat, chef suprême des armées, Idriss Déby Itno, vient de connaître son dernier souffle en défendant l’intégrité territoriale sur le champ de bataille. C’est avec une profonde amertume que nous annonçons au peuple tchadien le décès ce mardi 20 avril 2021 du maréchal du Tchad», rapporte le communiqué du général Azem Bermandoa Agouna. Une situation qui met inéluctablement la Constitution entre parenthèses même si dans la foulée on annonce par ailleurs l’intérim du défunt président par l’un des siens en l’occurrence le général Mahamat Kaka, connu pour son intransigeance quand vient le moment de riposter contre toute attaque rebelle. Ce digne héritier d’Idriss Deby aura à charge de diriger le pays durant une période transitoire de dix-huit mois décidée par le haut conseil militaire du Tchad, le temps pour ce pays d’organiser de nouvelles élections présidentielles.

 

 

Par Nyobe Baudouin pour (App)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here