Transport maritime

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’exemple qui vient du Cameroun

Le groupe Bolloré a été mis à l’écart de la course pour la concession du Terminal à conteneurs au port de Douala.

La nouvelle fait donc le tour et meuble les discussions dans les milieux d’affaires à Douala. L’information a été rendue publique le 8 janvier 2019, après une année d’attente. Cyrus Ngo’o, le Directeur général du Port autonome de Douala a sorti la liste des entreprises pré qualifiées pour la concession du Terminal à conteneurs du port de Douala, cédée depuis 2005 au consortium Bolloré-Apm Terminals.

Au terme d’un appel public international à manifestation d’intérêt, lancé  depuis le 12 janvier 2018, cinq entreprises sont retenues. Il s’agit de CMA Terminals, basée à Marseille en France; Emiratie Dubaï Port World; Hutchison Port Investments Ltd, entreprise immatriculée aux Iles Caïmans ; du saoudien Red Sea Gateway Terminal et de Terminal Investment Ltd, une société basée à Genève, en Suisse.

Du coup, le groupe Bolloré-APM Terminals, dont le contrat de concession du terminal à conteneurs du port de Douala est géré par la société Douala International Terminal (DIT), arrive à expiration en décembre 2019, est exclu pour la suite de la compétition, bien qu’ayant postulé pour un renouvellement de son bail.

Si l’on s’en tient aux informations glanées au sommet de l’Etat, il a fallu une bonne dose de courage pour se séparer du tout puissant Bolloré qui nous s’est installé en Afrique et dont  on a dit indéboulonnable au Cameroun. Selon les informations puisées à bonne source, «les entreprises retenues sont le grand fruit de la détermination du gouvernement de Biya, décidé à vaincre une certaine hégémonie et de briser les barrières de «Titres fonciers» de certains groupes français qui dictent et imposent leurs lois en Afrique».

Nos sources nous informent de la démarche entamée par les responsables camerounais qui ont fait un travail de dépouillement assez rigoureux depuis presqu’une année entière au terme duquel une première liste de quatre entreprises parmi lesquelles DIT (Bolloré-APM Terminals), Hutchison Port Holdings (HPH), Port of Singapore Authority (PSA International) et Dubaï Ports World (Dp-World) a été arrêtée. Cette liste va être «rallongée, puisqu’elle compte désormais cinq entreprises qui vont aller à la conquête des eaux du Wouri».

Coup de théâtre

Alors que tout semblait bien parti pour une compétition assez déterminante pour les uns et les autres, l’on nous annonce de grands bouleversements avec précisément l’exclusion de DIT (Bolloré-APM Terminals) de la suite du processus, de même que la société Port of Singapore Authority (PSA International).

Il faut bien le préciser, parmi les potentiels concessionnaires connaissant bien les ports africains, il y a Dubaï Ports World, un opérateur au Dubaï, classé 3ème exploitant portuaire mondial exerçant sur 49 terminaux dans le monde. Jusque-là présente dans quatre pays africains, Algérie, Djibouti, Mozambique et Sénégal. Son contrat sur le port djiboutien de Doraleh, où elle opérait depuis 2006, a été résilié par l’Etat deux années seulement après le le lancement des activités (février 2018.) Motif évoqué par le chef de l’Etat de Djibouti. Ismaïl Omar Guelleh a déclaré dans le site en ligne «www.investiraucameroun.com» que: «DP World n’a jamais cherché réellement à développer Doraleh qui fonctionnait à 40% de ses capacités, afin de favoriser l’émergence du port de Dubaï. Il s’agissait de restreindre la concurrence en la contrôlant et de nous limiter au seul marché local et à l’Ethiopie, quitte à décourager les gros armateurs étrangers de venir fréquenter notre port. Ils font la même chose à Aden, à Berbera et ailleurs. C’est du malthusianisme économique à leur seul profit. Nous ne l’acceptons pas», a expliqué, le président de la république pour justifier la rupture avec cet opérateur portuaire qui lorgne sur le terminal à conteneurs du Port de Douala.

Avis donc aux décideurs camerounais qui doivent continuer avec la même rigueur dans la sélection.

Elise Murielle Seh


Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Read Previous

Marché financier

Read Next

Agenda

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *