Afrique Centrale-Trafic illicite d’armes
Fadoul Michel Zouhair

(Agence de presse panafricaine) -Bien que la sous région ait souscrit au dispositif de lutte contre la prolifération d’armes, elle subit depuis peu sous l’instigation de sieur Fadoul un trafic important d’armes au point de valoir à ce dernier un mandat d’arrêt international émis par le Cameroun où il se meut dans le transport terrestre à travers différentes structures tant l’homme est friand d’argent.

 

 

 

C’est fort de ce qui précède qu’une personne digne de foi nous a saisis à l’effet de dénoncer cette ignominie juridique, tant il est vrai que le mis en cause dans cette affaire est l’objet de moult procédures intentées aussi bien en Afrique qu’en France notamment à Nantes en date du 20 novembre 2020 où il a été reconnu pour trafic de nationalités eu égard au fait qu’il dispose de pas moins de cinq passeports acquis de façon peu orthodoxe dans divers pays de l’Afrique de l’Ouest en l’occurrence le Bénin, le Togo, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso où l’homme a bâti sa fortune en détournant sans vergogne le compte financier de l’ex-président Blaise Compaoré. Et fort de sa subite puissance financière, il se croit investi d’un destin singulier devant faire de lui la véritable plaque tournante des affaires commerciales tenues par ses compatriotes qu’on sait par ailleurs très actifs sur le continent africain, quitte pour ce faire à en déstabiliser les régimes à l’instar de la flambée de violences que connaît la sous région de l’Uemoa où est fortement implanté sieur Fadoul Michel Zouhair. Manque de pot pour lui, ces affaires illicites sont désormais tracées et constituent en conséquence un casus belli, tant il est vrai qu’elles participent à s’y méprendre de faits rédhibitoires. Sinon, comment entrevoir autrement ses accointances avec de nombreux groupes armés et rebelles sévissant en de nombreux pays africains et récemment en Centrafrique où le processus électoral fut perturbé ?

Afrique Centrale-Trafic illicite d’armes
document dénonciation par Kodegue Simplice a Nantes

 

Et ce n’est certainement pas un hasard si la plus forte dénonciation à son encontre émane d’un Centrafricain qui fut en son temps ministre de la république et porte-parole du gouvernement, le bien nommé Kodegue Guy Simplice qui ne se terre point pour étaler au grand jour les basses manœuvres du groupe Fadoul par le truchement de son promoteur, sieur Fadoul Michel Zouhair. Et bien qu’arrivant quelque peu sur le tard, cette dénonciation outre le fait qu’elle étale par ailleurs l’extrême propension à la corruption de certains des administrateurs publics africains n’en est pas moins un fait gravissime surtout que le même sieur Fadoul Michel Zouhair se targue de maîtriser par exemple le système judiciaire camerounais où il est sous la menace de moult procès qui ne lui seraient pas favorables mais pour lesquels il réussit toujours la prouesse de s’en tirer sans frais. Serait-ce à dire que l’homme serait intouchable en Afrique ? Au quel cas, il urge que la communauté internationale engagée dans une lutte acharnée contre le terrorisme sous toutes ses formes se saisisse de son dossier déjà ouvert en les tribunaux français de Nantes pour définitivement faire la lumière à son sujet. Car sauf de croire que cette lutte ne soit en réalité qu’un simple leurre, il y a lieu de poser un acte fort avec son interpellation assortie d’une lourde condamnation qui le suspendrait par exemple à vie de toute activité commerciale dont il se sert comme paravent pour s’adonner au trafic illicite d’armes.

Afrique Centrale-Trafic illicite d’armes
document Recepisse de demande

 

 

Réaction

Kodegue Guy Simplice «Je suis déterminé à mener ce processus judiciaire en France jusqu’au bout contre la bande de M. Fadoul et ses acolytes qui malheureusement sont nos propres frères africains»

 

«Je suis particulièrement, la mort dans l’âme, déterminé à mener ce processus judiciaire en France jusqu’au bout contre la bande de M. Fadoul et ses acolytes qui malheureusement sont nos propres frères africains. C’est à dire la tenue d’un procès et que justice soit rendue aux africains tant en Afrique centrale qu’en Afrique de l’ouest. Nos Etats sont en proie à des troubles à répétition, des milliers de victimes pour cause des conflits terroristes et ceux qui tirent les ficelles sont tranquilles ! C’est aberrant ! Des décennies que cela perdure et il est temps et grand temps que les fils de d’Afrique se mettent debout avec tous les moyens légaux pour ce combat. Le grand mouvement panafricain est en marche et la victoire sur tous les fronts est possible car ceux qui nous précédé à l’Aube des Indépendances, avaient tracé le chemin. A nous de les emprunter !…

 

 

Jean François Hiac pour (App) Paris

 

Pour toute information confidentielle que vous souhaitez rendre publique

agencedepressepanafricain@gmail.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here