Le Fonds international de développement agricole (Fida) vient de signé avec le gouvernement centrafricain, un accord de financement de 12,4 millions dollars américains au profit du Projet de relance des cultures vivrières et du petit élevage dans les savanes.

D’un coût global de 29 millions $, soit environ 16 milliards Fcfa, ce projet vient renforcer la production, la transformation et la commercialisation des spéculations agricoles (arachide, maïs, niébé, haricot rouge, manioc) et du petit bétail (caprins, ovins, porcins et volailles).

Pour les autorités centrafricaines, « ce projet va s’atteler également à la promotion des pratiques durables en permettant aux agriculteurs de s’adapter aux effets du changement climatique, notamment les sécheresses et les inondations.»

Quatre sous-préfectures sont concernées. Il s’agit de Bouar, Baoro, Bossemptélé et Yaloké et devrait toucher 30 000 ménages dits vulnérables.  

Ce sera aussi un cadre technique pour la formation de 450 jeunes dans la transformation et la commercialisation des produits ciblés, avec pour finalité, la construction de 12 entrepôts de stockage de produits agricoles et de 8 magasins de stockage d’engrais est prévue au terme du projet.

Il faut encore le noter, «en Rca, l’agropastoralisme fait vivre 74% de la population et compte pour 52% du PIB. Le pays n’exploite que 800 000 hectares de terres agricoles sur un potentiel évalué à 15 millions d’hectares.», explique un expert agricole

par Hermine Yèyè.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here