le Ministre Jules Doret Ndongo

(Agence de presse panafricaine) -En mission de travail dans la région du Littoral, le ministre Jules Doret Ndongo s’emploiera à y préserver la biodiversité avec pour point d’ogre l’assainissement du lac Ossa située à dizangue un jet de pierres de la ville lumière d’Edéa envahi par la fougère ou plus exactement qui y sévit depuis trois ans et y compromet la faune et la flore au point de menacer même la survie de cet important site touristique de surcroît aire protégée.

 

 

 

Fort de ce qui précède, on comprend aisément qu’en l’état actuel, le lac Ossa soit une préoccupation majeure pour le chef du département ministériel en charge des forêts et de la faune, Jules Doret Ndongo qui ne voudrait conséquemment pas lésiner sur les moyens pour engager avec ses différents publics-cibles quelque stratégie opérante et efficiente pour non seulement diluer les effets pervers attachés par l’envahissement évoqué supra et bien plus pour faire dudit site un espace davantage attractif et donc susceptible de générer des ressources additionnelles pour en assurer le développement et permettre aux riverains d’en tirer un meilleur parti.

visite du lac ossa en image

Aussi peut-on comprendre que la délégation qui accompagne le ministre durant cette mission soit constituée d’experts et autres acteurs majeurs dans le domaine à l’instar du directeur de la faune et des aires protégées , un exposé autant sur les conséquences directes de cette véritable invasion du lac par la jacinthe d’eau non sans envisager l’exploitation judicieuse de cette salvina molesta ou jacinthe d’eau pour d’éventuelles œuvres artistiques comme c’est notamment le cas dans certains pays  de la côte ouest-africaine notamment le Sénégal  ou ailleurs.

lac ossa le ministre sur le terrain

Or, au regard de l’évolution spatiale de cette jacinthe par rapport au plan d’eau dudit lac, il est fort à parier qu’elle parvienne à très brève échéance à y interdire toute activité génératrice de revenus avec l’éloignement de la faune maritime (poissons et lamantins notamment pour lesquels la jacinthe d’eau est la plus grande menace). Et c’est fort à propos qu’il a associé à cette visite des échanges permanents avec les autorités de Dizangue afin de mieux appréhender la portée socioéconomique réelle de cette salvina molesta qui continue de s’étendre sur le lac Ossa.

le lac ossa

Cette herbe invasive se développe à une vitesse inquiétante dans le lac. Sa croissance devient de plus en plus préoccupante pour les populations, pour les pécheurs qui voient leur activité ralentir depuis leur existence ici, mais surtout pour les autres végétaux et pour la faune aquatique y vivant.

photo de famille

Les efforts conjoints des populations et des acteurs de la conservation sont mis en œuvre pour freiner l’envahissement de cette espèce, toutefois ces efforts restent encore insuffisants et des réflexions sur des stratégies plus efficaces sont en cours, comme celle qu’y mèneront à coup sûr Jules Doret Ndongo et sa délégation.

 

 

Nyobe Nyobe de retour de Dizangue pour (App)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here