Hôtel Sawa - Chantier abandonné
Hôtel Sawa - Chantier abandonné

(Agence de presse panafricaine) -Alors que des responsables de l’hôtel Sawa accusent l’entreprise dont Michel Ngapanoun est le président directeur général d’être lourdement endettée et incapable de remplir ses obligations contractuelles. Par contre, Asquini Encorad justifie l’abandon dudit chantier par les tergiversations de l’hôtel Sawa dans le paiement des décomptes y relatifs. Néanmoins, le Contrôle supérieur de l’Etat (Consupe) audite depuis mai 2021 les documents relatifs à ce chantier inexécuté pour démêler l’écheveau et établir les responsabilités premières y afférentes.

 

 

 

 

 

L’affaire «hôtel Sawa de Douala» n’a pas fini de dévoiler ses secrets. Après les révélations sur un audit diligenté par le Contrôle supérieur de l’Etat (Consupe) suite à un marché abandonné relatif à la construction d’un restaurant futuriste au sein de cette structure hôtelière publique, nous en savons davantage sur les raisons sous-jacentes de l’échec de ce projet de 4,2 milliards de F Cfa TTC, engagés par l’hôtel Sawa dans le cadre des travaux d’extension et d’optimisation de l’établissement hôtelier en prélude à la Can 2019. Les responsables de l’hôtel Sawa de Douala pointent un doigt accusateur sur l’entreprise Asquini Encorad Cameroun. D’après ces derniers, le prestataire ne disposait pas des capacités financières pour conduire cet important chantier. Pourtant, confirme une autre source de cet hôtel, Asquini Encorad a, conformément à la réglementation, versé à 100% le montant du cautionnement requis correspondant à 20% du coût total des travaux. Toujours conformément à la réglementation de passation des marchés publics, elle bénéficiera du versement d’une avance de démarrage des travaux. Travaux lancés en mi-2018 et à exécuter dans un délai de 6 mois. «Nous pensions que l’entreprise disposait de tous les moyens pour mener ce chantier à terme. Elle a régulièrement remporté le lot après un avis d’appel d’offres que nous avons lancé», précise une source technique dudit hôtel.

 

Défaut d’expertise

Après avoir lancé les travaux préliminaires de terrassement et de stabilisation du chantier, Asquini Encorad Cameroun va brusquement interrompre sa prestation. Asquini Encorad sera finalement déclarée défaillante à poursuivre le chantier. A contrario de la position de l’hôtel Sawa, Asquini Encorad renvoie la responsabilité du retard pris dans l’exécution du chantier vers la structure hôtelière publique. Une source interne indique que l’hôtel Sawa n’a pas honoré au versement des décomptes attendus que rient n’autorisait du reste. Thèse confirmée par un responsable technique de l’hôtel Sawa, selon qui, aucun décompte n’avait en effet été octroyé au prestataire, hormis l’avance de démarrage des travaux. Aux responsables de l’hôtel Sawa de Douala de relever, qu’après enquête interne, il s’est par ailleurs révélé que l’entreprise Asquini Encorad traînait de lourdes dettes, fortement préjudiciables à son fonctionnement et son déploiement technique sur les chantiers. Toutes choses qui bien évidemment ne pouvaient qu’entraîner la démotivation des personnels alors que les fonds perçus dans la cadre dudit chantier sont plutôt affectés au remboursement des encours dus par ladite structure.

 

Ping-pong préjudiciable

En se renvoyant mutuellement les torts, les deux structures impliquées dans la gestion dispendieuse car, qui du maître d’œuvre ou du prestataire est responsable de l’abandon du chantier de construction du restaurant haut de gamme de l’hôtel Sawa ? Contacté par nos soins, Niaz Bushri n’a pas donné suite à nos préoccupations jusqu’au moment où nous mettons sous presse. Préoccupations portant sur l’endettement, les capacités techniques et financières d’Asquini Encorad Cameroun à remplir ses obligations contractuelles. Ce, malgré les instructions de Michel Ngapanoun, le Président directeur général d’Asquini Encorad, entreprise spécialisée dans le domaine des bâtiments et des travaux publics, le génie civil, l’étanchéité, la peinture, les constructions, la menuiserie, le revêtement de façade et du sol etc. Impliqué dans ce dossier brûlant de l’hôtel Sawa, Asquini Encorad n’échappera certainement pas aux fins limiers du Contrôle supérieur de l’Etat qui auditent la gestion de l’hôtel Sawa du 1er janvier 2010 au 31 décembre 2019. Parmi les dossiers audités depuis le 17 mai 2021, figure également celui de la construction du restaurant futuriste de l’hôtel Sawa, objet du contrat entre l’hôtel Sawa et Asquini Encorad Cameroun.

 

 

 

Nous y reviendrons ….

Par Nyobe Baudouin pour (App)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here