la rue

(Agence de presse panafricaine) -Tenant à diluer la portée politique des mouvements d’humeur des populations contre le 3e mandat d’Alassane Ouattara, le Pm ivoirien est allé en mission à Bonoua à l’effet d’y tempérer les ardeurs contestataires, non sans s’octroyer au passage des boucs-émissaires en la personne des fameux microbes commis pour mettre à feu les véhicules d’un opérateur économique dudit ressort territorial se mouvant dans le transport interurbain entre Abidjan et cette localité.

 

 

 

Mais le plus curieux dans cette affaire est que la victime ne se réclame d’aucune obédience politique et surtout aucune enquête n’a été diligentée pour établir les responsabilités de ce drame quand bien même on a tôt fait d’évoquer les difficultés financières dans lesquelles se sera retrouvée la victime astreinte de rembourser le prêt bancaire dont il aurait bénéficié pour acquérir les véhicules incendiés. Mieux, cela a permis d’interpeller une quarantaine de manifestants transférés illico en la brigade de gendarmerie d’Agban à Abidjan. Bien évidemment de telles incongruités n’ont pas échappé aux observateurs avertis de la scène sociopolitique ivoirienne qui y voient simplement de savants manœuvres du pouvoir pour essayer de montrer patte blanche face à la dégradation du climat sociopolitique ambiant. Bien évidemment, on taxera une fois de plus notre agence de faire la part belle aux manifestations de contestation contre le pouvoir central, mais comme le dit bien l’adage : « les faits sont têtus », comme ceux vécus depuis deux jours à Bonoua.

 

 

Jean François Hiac  (App) Paris

Pour toute information confidentielle que vous souhaitez rendre publique

écrivez à l’adresse Watsapp +237 697 22 28 05 : contact@agencedepressepanafricain.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here