(Agence de presse panafricaine) -La hantise qu’il suscite a atteint son apogée le 23 décembre 2019 journée au cours de laquelle le pouvoir a étalé sa brutalité et la répression avec laquelle il s’est acharné contre  les adhérents de GPS et de tous les Partis politiques et mouvements politiques proches de Guillaume Soro, non sans le contraindre à une sorte d’exil forcé au Ghana voisin alors qu’il entendait rallier son pays de retour de Paris..

Toutes exactions contre lesquelles Guillaume Soro a lancé un appel aux instances de GPS et des Partis et Mouvements politiques afin que ceux-ci montent au créneau pour s’insurger contre de telles méthodes aux relent de chasse aux sorcières indue tant il est vrai que les arrestations qui s’en sont suivies contre des  innocents et collaborateurs de Guillaume Soro participent de l’intimidation d’un pouvoir désormais honni mais essayant malgré tout de s’imposer au peuple ivoirien au travers d’artifices politiciens. A l’instar des personnes arrêtées ce même jour et dont le seul crime, aura été d’aller accueillir le candidat déclaré à la Présidentielle d’Octobre 2020.

Dilatoire perpétuel

Déjà en Septembre 2019 suite aux révélations d’un sondage qui établissait son avance en cas de la tenue l’élection présidentielle la décision  avait été prise de l’écarter de la course. En réalité, tout ce dilatoire est la résultante de la décision de M. Ouattara de faire un 3e mandat. Et se prévaudrait du soutien de la France. Pour autant les Ivoiriens ne l’acceptent pas.au contraire ils ont jeté leur dévolu sur un homme politique jeune ambitieux et surtout porteur de leurs aspirations légitimes : Guillaume Kigbafori Soro. Pourtant ce dernier s’était astreint au respect scrupuleux des dispositions réglementaires en ce qui concernait son retour en côte d’Ivoire comme l’atteste fort à propos, l’autorisation d’atterrissage dûment obtenue.

Rien ne s’opposait donc à ce voyage du citoyen-candidat déclaré à la présidentielle. Mais très tôt on a concocté de fallacieux mobiles pour lui interdire jusqu’au survol de l’espace aérien ivoirien tant il est vrai que se préparait à son encontre des poursuites judiciaires assorties d’une  arrestation au bord de la passerelle dès son atterrissage en terre ivoirienne. Tout ceci pour délit de candidature à la présidentielle d’Octobre 2020. Pire encore, alors que son aéronef était en approche de la capitale ivoirienne, le commandant de bord affolé par une  grave alerte de sécurité sur l’aéroport d’Abidjan et selon laquelle ledit  avion pourrait faire l’objet d’un assaut. D’où son option à atterrir soit à Accra. Tant il est vrai que ledit commandant de bord avait reçu confirmation de l’assaut contre leur avion.

Serviles accusations

D’où vient-il donc que ce soit Guillaume Soro qui soit accusé de velléité d’atteinte à la sûreté de l’Etat et autre détournement de deniers publics alors qu’il est de notoriété qu’il ne disposait d’aucun budget dédié du temps où il officiait comme Président de l’Assemblée nationale. Mais tenant à jeter quelque discrédit sur sa personne afin que celui-ci déteigne de quelque manière sur sa candidature déclarée pour la présidentielle d’Octobre 2020, on ne lésine guère sur les manœuvres aussi rédhibitoires qu’abjectes contre Guillaume Soro. Mieux, la proximité de ce pays avec la Côte d’Ivoire lui permet de mesurer quasiment au quotidien l’évolution de sa candidature en termes de perception de ses compatriotes qui ont vite compris qu’il est devenu par la force des chose l’homme à abattre afin d’éviter l’étalage des tares de son prédécesseur qu’il ne connaît du reste que trop bien pour lui avoir longtemps servi de disjoncteur, pourrait-on dire. Ce d’autant plus qu’il ne s’encombre d’aucun épitaphe au contraire de son adversaire qui s’affuble volontiers de l’étiquette d’homme providentiel venu du FMI. Alors que cette institution a plutôt mauvaise presse sur le continent où ses pilules ont étalé autant leur inopérationnalité que leur déphasage avec notre réalité.

Par Nyobe Nyobe App

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here