côte d'ivoire
réconciliation vraie, sincère et durable

(Agence de presse panafricaine) -Dans son discours d’investiture le lundi 14 décembre 2020 au palais présidentiel d’Abidjan, le Président Alassane Ouattara a annoncé la création d’un ministère de la réconciliation. Dans une Côte d’Ivoire divisée où plusieurs communautés se regardent en chien de faïence, cette initiative est à saluer et à encourager. Car la réussite de ce quinquennat passera inéluctablement par ce ministère qui aura pour mission de recoudre le tissu social ivoirien déchiqueté par des années de crise. Mais comment et, surtout, avec qui réussir cette mission ? C’est à cette question cruciale qu’Alassane Ouattara doit répondre lors du choix des personnes qui vont animer ce ministère.

 

 

 

Une réconciliation vraie, sincère et durable entre les communautés ivoiriennes, tel est le plus grand défi que les dirigeants ivoiriens doivent relever dans les années à venir. Car Alassane Ouattara aura beau construit les routes, les universités et autres infrastructures de développement pour le bien être des populations ivoiriennes, tout cela sera vain dans un pays où les populations se regardent en chien de faïence. Le chef de l’Etat a surement compris qu’aujourd’hui, le plus grand challenge en Côte d’Ivoire, c’est une réconciliation vraie et sincère. C’est en ce sens que l’idée de la création d’un ministère de la réconciliation est à saluer et à encourager. Cependant, le plus dur avec ce ministère, ce sera dans le choix des ses animateurs et de comment il fonctionnera. Car, à lui seul, ce ministère fera de ce quinquennat d’Alassane Ouattara une réussite ou un échec.

 

Le choix des hommes du ministère de la réconciliation

 

Pour une fois, le Président Alassane Ouattara sera obligé de regarder plus loin que dans son entourage. Le chef de l’Etat doit voir au delà de son clan, voire de son parti politique. L’élection présidentielle d’octobre 2020 a montré quel point la crise de confiance est grande entre plusieurs cadres du RHDP et les populations de leur localité. La réussite du boycott actif lancé par l’opposition lors de cette élection est la preuve que ces cadres n’ont pas d’autorité dans leur contrée et que leurs discours ne passent pas non plus. Ce ministère de la réconciliation ne pourra réussir sa mission qu’en sortant des sentiers battus avec des personnalités déjà connus par les Ivoiriens. Il faut aller chercher dans l’inconnu une personne qui  incarne des valeurs d’autant plus universelles qu’il n’a jamais prôné ni religion ni idéologie. Juste un humanisme à l’africaine, profondément nourri de la culture de son peuple. C’est vrai que la neutralité est une absurdité sous nos tropiques. Mais il y a encore des personnes qui rentrent dans ces critères en Côte d’Ivoire. Une personne qui devrait être capable de combattre contre la domination du pouvoir et combattre aussi contre la domination de l’opposition. Elle doit chérir l’idéal d’une société libre et démocratique dans laquelle tout le monde vivrait ensemble en harmonie et avec des chances égales. Faire en sorte que tout le monde l’accepte dans cette posture sera le défi que le chef de l’Etat s’évertuera à relever. Ce ministère ne devait pas servir à récompenser un quelconque cadre pour avoir trahi son parti d’origine ou avoir posé un acte en faveur du Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la paix (RHDP)

 

Comment réussir la mission de réconciliation des Ivoiriens ?

 

Grand orateur, Nelson Mandela  aura marqué l’histoire de par ses discours. Tout au long de sa vie, la parole fut la plus grande arme du héros de la lutte anti-apartheid. Un discours réconciliateur, des paroles fortes qui peuvent cicatriser les blessures d’un cœur brisé à la suite de la perte d’un être cher, voici les armes pour réussir la réconciliation en Côte d’Ivoire. On a souvent mis l’argent au devant de toutes les démarches. Mais, il y a des remèdes encore plus efficaces pour réconcilier un peuple meurtri par une crise qui perdure depuis des années. Il s’agit d’une meilleure manipulation du dialogue qui, pour le Président Houphouët Boigny, est l’arme des hommes forts. Tout réside dans la quintessence du message à transmettre. Chercher à comprendre pourquoi sous les arbres à palabres, nos parents arrivaient à faire accepter à une personne le meurtre d’un proche et faire la paix avec son bourreau. Il ne sert à rien de parler de réconciliation en allant distribuer des millions aux victimes. Il faut au contraire savoir partager la douleur des uns et des autres. Il faut savoir pleurer avec un enfant qui a perdu son père, une femme qui a perdu son mari et une mère qui a perdu son fils. Voici le processus qui nous permettra de dire un jour comme Nelson Mandela, «nous avons triomphé dans notre effort pour insuffler l’espoir dans le cœur de millions de nos concitoyens. » Dans sa mission, le ministère de la réconciliation prendra l’engagement de construire une société dans laquelle tous les Ivoiriens, dans leurs diversités, pourront marcher la tête haute sans aucune crainte au fond de leur cœur, assurés de leur droit inaliénable à la dignité humaine. Bâtir une nation en paix avec elle-même et avec le monde. Le soleil ne se couchera jamais sur une telle réussite humaine si glorieuse.

 

 

Eugène YOBOUET correspondant (App) Côte d’Ivoire

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here