Côte d'Ivoire L'opposition appelle les Ivoiriens au boycott
Côte d’Ivoire-tractations
(Agence de presse panafricaine) -Henri Konan Bédié, et Pascal Affi N’Geussan, deux candidats parmi les quatre en lice pour la présidentielle du 31 octobre 2020, ont dans une déclaration commune ce jeudi 15 octobre, appelé les Ivoiriens à empêcher la tenue dudit scrutin. 
Selon Pascal Affi N’Guessan : « Monsieur Alassane Ouattara qui est inéligible en vertu de la constitution de 2016, a été retenu sans aucun argument juridique valable ». Poursuivant, il a indiqué que la Commission électorale indépendante (CEI) est monocolore, puisque l’opposition n’y siège pas. « Cette CEI est caduque, parce que la Cour africaine des droits de l’homme et des Peuples par différents arrêts, a indiqué clairement que cette Commission ne répond pas aux critères internationaux et qu’elle doit être réformée avant toute élections », a-t-il relevé.
Poursuivant la déclaration, le président du FPI a rappeler que c’est un acte de justice qui s’impose à la Côte d’Ivoire, parce qu’elle est signataire de la charte Africaine des droits de l’homme et des peuples. Et se doit d’exécuter toutes les décisions rendues par cette institution. Au sujet du Conseil constitutionnel, Pascal Affi N’Geussan a indiqué que cette institution à travers sa décision portant déclaration de candidature, a montré qu’elle était sous influence du pouvoir politique et qu’il ne méritait pas de bénéficier de la confiance des candidats. Pour toutes ces raisons, déclare Pascal Affi N’Guessan « Nous avons exigé que ces conditions soient réunies avant toutes élections. À l’heure actuelle, au moment où je vous parle, au moment où le candidat Alassane Ouattara s’apprête à entrer en campagne, aucune de ces conditions ne sont réunies »
En conséquence, le président Pascal Affi N’Guessan a lancé : « Nous invitons en conséquence nos militants sur l’ensemble du territoire à faire barrage à ce coup d’État électorale, que le président Alassane Ouattara s’apprête à commettre. Ils doivent empêcher la tenue de toute opération liée au scrutin et sont invités à mettre en application le mot d’ordre de boycotte actif par tous les moyens légaux à leurs dispositions. Et ce, afin que le pouvoir actuel concentre à convoquer l’ensemble des forces politiques nationales, à trouver les solutions acceptables à toutes les revendications acceptables assorties de la proclamation de la candidature ».
Stéphane Beti correspondant (App) Côte d’Ivoire

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here