(Agence de presse panafricaine) Autant on semble battre le rappel des troupes côté pouvoir, autant en face Guillaume Soro a opté pour une approche de proximité en multipliant des rencontres avec les différentes strates de la population ivoirienne et conséquemment celle de la diaspora disséminée de par le monde. Des rencontres qui plus encore inquiètent le pouvoir qui se laisse aller à des fautes puériles telles que l’annulation de son visa d’entrée aux Etats-Unis et la tentative manquée de son arrestation à Barcelone, en Espagne.

Situations cocasses que ces deux faits qui remettent en cause la posture même de Guillaume Soro qui ne saurait être tenté ni par l’immigration clandestine et encore moins par des actes délictuels le qualifiant pour des poursuites diligentées par Interpol. Dès lors de telles accusations à son encontre participent plutôt de malveillantes manœuvres pour éroder sa notoriété afin de susciter des doutes au sein de l’électorat qui lui serait plutôt favorable dans la perspective d’une alternance au sommet de l’Etat pour ce candidat à la présidentielle du 31 Octobre 2020.

Mieux encore, qu’est-il advenu de son immunité, celle que lui conférait le titre de  Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire assorti de celle de parlementaire qu’il demeure ?  Des questions que ne se seront pas posées ceux commis à cette autre basse besogne en Espagne il y a peu, quand bien même tout porte à croire que l’opération ait été commanditée depuis Abidjan même si pour l’heure, le Président Soro Guillaume a, une nouvelle fois, opté de n’accuser personne.

Toutefois s’en tenant au bon droit, il a entrepris de saisir la justice espagnole à l’effet de démanteler les acteurs et commanditaires de cet autre coup tordu à son encontre, aussi longtemps que leur agissement ne l’aura guère empêché d’échanger avec la diaspora ivoirienne de ce pays, dans la cadre de la tournée européenne qu’il a initiée fort à propos. des investigations au terme desquelles la vérité triomphera à coup sûr même si pour l’heure nous adoptons la voie et la posture de la prudence, en espérant que les autorités ivoiriennes n’hésiteront pas, sans délai, à s’impliquer afin de ne pas être désignées par la clameur publique comme étant impliquées dans ces deux faits qui n’honorent pas ce pays.

Aussi y-a-t-il lieu pour les compatriotes de ce pays de cesser d’être les paravents de la bataille successorale qu’on voudrait mener sur un terrain plutôt glissant : celui du dénigrement d’un candidat. car, ils devront être comptables au final de tels agissements qu’ils auraient de fait cautionnés.

Par Nyobe Nyobe App

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here