Détournement à la Bicec : 300 millions envoyés

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

( Agence de presse panafricaine ) De la situation qui remonte à quelques jours, il a été fait cas d’une complicité de certains cadres de la structure qui manipulent à souhait le système informatique.

Encore un autre scandale qui ébranle la Bicec. Un scandale de trop qui laisse dubitatif plus d’un client si elle n’instaure pas simplement pas la phsycose. Car comment comprendre qu’alors que les révélations faites par la Commission nationale anti-corruption du Cameroun (CONAC) au sujet du détournement qui a secoué l’institution en 2017 est encore présente dans les esprits, qu’un autre fait du même type vienne encore ébranler la banque ?

Il n’y a qu’à se demander pourquoi l’agence de Ndokoti Douala de cette institution bancaire a été fermée il y a quelques jours pour des « besoins d’enquêtes ». De sources concordantes, il ne s’est agi que des faits de détournement ayant permis la sortie de la somme de 300 millions de Fcfa.

A l’heure qu’il est, plusieurs cadres de cette banque seraient aux arrêts. Tout semblerait d’ailleurs être fait pour que l’on n’assiste pas à un branle-bas général. On se souvient encore de l’impact que les révélations de la Conac a eu sur la Banque internationale du Cameroun pour l’épargne et le Crédit (BICEC), en date du 19 août 2016, où les faits de de corruption et infractions assimilées susceptibles d’être constatés dans la gestion de la BICEC, au cours de la période allant de 2003 à 2015 ont généré.

Le total des sommes détournées y compris le préjudice financier subi par l’Etat du Cameroun se chiffrait alors à 118 275 239 747 FCFA (cent dix-huit milliards deux cent soixante-quinze millions deux cent trente-neuf mille sept cent quarante-sept) comme l’indiquait la Conac.

Au regard de cette situation, il y a bien lieu d’appeler à une plus grande vigilance étant entendu que les mêmes tactiques sembleraient avoir été mise en pratique.

Par Mary Ngom App


Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Read Previous

Mécanisation agricole au Cameroun : 5% des exploitations agricoles ont franchi le cap

Read Next

Tchad : Annette Dixon à Ndjamena

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *