Dr Paul NYEMB Ntoogue : « …il faut relever que la crise dans le NOSO a mis en difficulté des entreprises comme la CDC. Une situation qui a dû impacter sur le score de cette entreprise…»

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

(Agence de presse panafricaine) -Initiateur des études Ascomt visant à désigner le top 10 des entreprises camerounaises faisant prévaloir leur citoyenneté, il jette un regard sur la dynamique attachée à cette initiative non sans y adjoindre des innovations permanentes pour en améliorer la crédibilité induite. Entretien.

Question (App)-Vous semblez circonscrire l’étude à une centaine d’entreprises tout au plus, ne pensez-vous pas que cet échantillon ne soit pas suffisamment représentatif, notamment en cette période où le pays connaît de multiples crises sécuritaires ?

Réponse- Bonne question. Surtout lorsqu’on sait que le RGE-2 dénombre 203419 entreprises, dont 439 grandes entreprises tous secteurs confondus. Notre étude s’intéresse effectivement à toutes les entreprises évoluant au Cameroun. Toutefois il ne faut pas perdre de vue que ce travail est une analyse perceptuelle des publics. Notre rôle est de capter les perceptions des Camerounais par rapport à un phénomène (la RSE) qui s’inscrit ou non, dans leur ligne des intérêts. Ce sont donc ces publics qui identifient les entreprises se revendiquant un statut de citoyennes ou de socialement responsables… Moins de100 entreprises identifiées comme actant dans la démarche RSE sur 203419, quand on fait le ratio, c’est effectivement faible. Ce n’est pas le fait des crises que traverse le pays, celles ci ne datent pas toutes de 2012, année à laquelle l’Etude Ascomt sur la perception des pratiques RSE au Cameroun a été lancé. Mais ceci a une explication: plusieurs entreprises ne répondent pas toujours aux attentes des parties prenantes (publics). Elles ne communiquent pas leurs initiatives RSE et les populations les ignorent. 

Question (App)-De même quel a été l’impact de ces crises dans vos évaluations quand on sait que des entreprises évaluées, aucune ne se trouve en zone de crise sécuritaire ?

Reponse-Je ne pense pas que cela soit fondée: Il y a toujours bien, et ce depuis la 1ère Etude, des entreprises des zones en crise qui sont régulièrement mises en évaluation dans le cadre de ce travail. Néanmoins, il faut relever que la crise dans le NOSO a mis en difficulté des entreprises comme la CDC. Une situation qui a dû impacter sur le score de cette entreprise. Nous pouvons aussi évoquer le cas de la SONARA dont l’usine a été consumée

Question (App)- On a beau associer à l’étude des éminences étrangères, sont-elle réellement au fait des particularismes de notre pays qui pourraient diluer la valeur effective des critères choisis ?

Reponse-Il n’y a pas que les “éminences grises étrangères”. Nous en avons d’abord sur le plan local et pas des moindres dans le domaine, certainement. Nous avons bien des équipes sur le terrain qui nous permettent d’avoir le vécu. Ce ne sont pas les éminences grises qui descendent sur le terrain. Mais camerounaises ou étrangères, toutes ces ressources sont mobilisées dans le cadre de l’èquipe Ascomt pour mener un travail qui nous convainc d’abord.

Question (App)- En faisant de cette étude, une institution annuelle, n’y a-t-il pas de risque de reporter in extenso les résultats de deux études qui se suivent, sinon, quelles auront été les innovations pour cette année à défaut, les spécificités dont vous aviez tenu compte ?

Reponse-Comme vous le dites si bien, l’Etude A/M sur la perception de la pratique de la RSE au Cameroun est devenue une institution. C’est dire que l’ensemble du corps social, l’équipe de recherche Ascomt et tout au moins les entreprises auxquelles ce travail est destiné, devraient permettre que cette Etude reste une institution. Fut-elle annuelle. L’équipe de recherche pour sa part, travaille toujours dans cette perspective. Pour ce qui est des innovations, elles portent plus sur le plan technique avec les filtres institués à travers les critiques des experts sur le plan local qu’international.

Question (App)- A quand l’intégration dans votre champ d’action des entreprises évoluant dans l’informel et singulièrement celles se déployant dans l’économie numérique devenue le terrain de prédilections de nombreuses star-ups ?

Reponse-Waoh! Certainement quand celles ci vont sortir de l’informel (rires). Mais sérieux, si elles mènent des actions perceptibles qui participent du mieux-être des populations, elles seront certainement identifiées par les différents publics. Elles seront alors mises en évaluation.

Réalisé Par Nyobe Nyobe App


Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Read Previous

Mali Ibrahim Boubacar Keïta : hilare à la cérémonie de présentation des vœux du nouvel an 2020

Read Next

Musèlement de la Presse au Bénin : L’Agence Française de Développement Média demande la libération d’Ignace Sossou

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *