H.E. Mrs Laure Olga Gondjout, S.G. Presidence de la Republique, Gabonese Republic

(Agence de presse panafricaine) -Une néo-ivoirienne d’origine gabonaise voudrait rapidement retrouver sa nationalité d’origine eu égard aux mouvements sociopolitiques à venir dans son pays d’adoption.

 

 

 

 

Jusqu‘alors ministre au Gabon, dame Laure Olga Gondjout voudrait ainsi se prémunir de la dégradation sociopolitique en gestation en Côte d’Ivoire en prélude à la présidentielle du 31 octobre prochain partie sur des bases aussi floues que porteuses de contestations postélectorales aussi préjudiciables que celles de triste mémoire de 2011 qui portèrent au pouvoir Alassane Dramane Ouattara qui loin de les éviter, les nourrit plutôt au travers de manœuvres aussi rédhibitoires qu’indues qui néanmoins ont mi littéralement la puce à l’oreille de la demanderesse d’une extradition urgente en direction de son pays d’origine à l’abri de soubresauts sociopolitiques comme l’est malheureusement la Côte d’Ivoire en cette veille de présidentielle. Et cela aussi, on peut aisément le comprendre aussi longtemps que l’intéressée aura plutôt évoqué des raisons personnelles pour postuler à la nationalité ivoirienne qu’elle a acquise il y a peu et qu’elle voudrait à l’occasion quitter afin de n’être pas comptable des violences politiques à venir et ce, en des termes univoques : «En effet, la situation difficile qui s’annonce en Côte d’Ivoire consécutive aux soubresauts politiques liés à l’élection présidentielle d’octobre 2020».

 

correspondance de Laure Olga Gondjout

Si d’aucun voudraient y voir des mots couverts, ils sont néanmoins révélateurs de ce qu’il ne fait plus désormais bon vivre dans ce pays qui a du reste une tradition de protestations violentes assorties de velléités de partition du pays fort de la forte présence de rebelles et autres mercenaires résidant dans les pays limitrophes, eux-mêmes alimentés par des batailles fratricides de conquête de pouvoir. Autant dire un environnement plutôt malsain pour le plein épanouissement humain, quand on sait que la requête pour accéder à une autre nationalité que celle d’origine est généralement motivée par le bénéfice dans le pays d’accueil de condition favorables pour le plein épanouissement humain avec davantage de libertés individuelles et collectives. Toutes choses qui ne s’accommodent guère avec une situation de conflit comme celui en gestation en Côte d’Ivoire à la lecture des récriminations conséquentes à l’encontre du régime en place.

Hermine Yeye pour (App)

 

 

 

Pour toute information confidentielle que vous souhaitez rendre publique

écrivez à l’adresse : +237 697222805  contact@agencedepressepanafricain.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here