Gabon- Sport
la situation des footballeurs professionnels

(Agence de presse panafricaine) -Le Gabon est l’un des pays du continent africain où la situation des footballeurs professionnels est la plus dégradée, la pandémie du coronavirus est venue accentuer cette triste situation.

 

 

 

 

Les joueurs évoluant dans les championnats D1 et D2 gabonais vivent dans une précarité extrême une situation qui n’arrive pas à trouver de solution malgré les efforts de l’association des footballeurs professionnels du Gabon (ANFPG). 95 % des joueurs n’ont qu’un salaire aléatoire, assistance médicale inexistante. Les salaires minables que prennent la majorité des joueurs ne sont payés que pendant la saison sportive qui dure depuis quelques années trois à quatre mois, avec une moitié de l’année à la maison, une situation loin du rêve doré, des joueurs Gabonais qui sont parfois obligés de rejoindre certains championnats justes pour avoir un salaire régulier, et ceux qui ne prennent pas cette option, se lancent dans les petits travaux pendant la longue période des vacances pour subvenir à leurs besoins.

 

Gabon- Sport
la situation des footballeurs professionnels

Aucun joueur du championnat gabonais n’a aujourd’hui un compte bancaire garni, ceux qui ont réussi à épargner lors des deux premières années de l’ère dite professionnelle ou les salaires étaient compris entre quatre 40.000 et 1 000 000 de francs Cfa, ont fini par voir leurs comptes se vider. L’assainissement de ce milieu demeure difficile quant à ce mal récurrent imputable aux responsables du football gabonais et les dirigeants des clubs. Dès lors, les principaux acteurs que sont les joueurs sont rémunérés au grand bonheur la chance pourrait-on dire. Et à défaut de s’y résoudre, ils parviennent à joindre les deux bouts en s’adonnant aux petits métiers. Les responsables du sport en général et du football gabonais en particuliers sont pointés du doigt dans cette rengaine, à cause de leur manque de volonté de faire expurger de cet environnement en mettant en place un cadre juridique qui statuerait sur la mise en place de textes protégeant le statut social du sportif en général et celui du footballeur en particulier ; or, cela qui éviterait à ces mêmes responsables de clubs de gérer leurs effectifs de manière archaïque, et surtout respecter  certaines exigences qui sont obligatoires dans le football moderne, à l’instar de la couverture sociale du joueur bien au-delà de la durée du championnat. Et même si par ailleurs on peut également associer à ces déboires les footballeurs eux-mêmes peu convaincus de disposer d’un métier assujetti à un mode opératoire conséquent, on en vient à comprendre leur propension aux tripatouillages de leurs âges alors que le physique ne saurait rester intact.  Pire encore, ils n’envisagent jamais leur avenir sous un autre prisme afin de s’obliger des formations supplémentaires pour garantir leur après-carrière ou plus exactement une reconversion quand le physique les aura lâchés.

 

 

 

Ulrich Corso Sima correspondant (App) Gabon

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here