Ministère des forêts et de la faune : Redéploiement stratégique autour des réformes

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

(Agence de presse panafricaine) Longtemps confiné à une sorte de rôle de faire-valoir, ce département ministériel semble vivre depuis peu une renaissance à la faveur de l’accession à sa tête de Jules Doret Ndongo.

Cela aussi, on peut aisément le comprendre fort de ce que le nouveau ministre des forêts et de la faune est lui-même originaire d’une zone forestière celle de la région du Sud dans le département de l’Océan. Aussi peut-on comprendre qu’il ait littéralement pris à bras le cœur les préoccupations des populations riveraines confrontées aux affres de l’exploitation abusive des ressources forestières, en élaguant au maximum au sein du personnel administratif et tout ce qui pourrait y avoir partie liée. Toutes choses récemment entérinées par le vaste mouvement des personnels dudit département ministériel avec en première ligne, la nomination d’un nouveau directeur des forêts en la personne de sieur Anicet Ngomin qui a fait le pari de taire progressivement les récriminations des riverains des zones forestières.

Car pour ce dernier, il s’agit à la fois de promouvoir la reforestation et surtout asseoir la transformation des ressources forestières pour leur octroyer une plus-value susceptible de tirer vers le haut les revenus des acteurs dudit secteur, non sans que cela déteigne favorablement sur les communautés riveraines. une approche stratégique différenciée en somme tributaire de ce que le nouveau directeur des forêts voudrait mettre en exergue ses aptitudes intrinsèques qui en ont fait expert de l’accord de partenariat volontaire pour le commerce du bois avec l’Union européenne.

Pourtant, il aura fallu plus de huit ans pour dégommer son prédécesseur qui se sera complu dans la vente en l’état des grumes, entrainant une déforestation à nulle autre pareille des unités forestières aménagées (Ufa) quand celles-ci ne sont pas cédées à vil prix à quelques exploitants forestiers véreux, au fallacieux motif que ces derniers disposeraient de davantage de disponibilités financières pour réaliser de colossaux investissements qui ne profitent guère aux riverains de quelque manière, ne serait-ce qu’à en juger à l’amoncèlement de plaintes y afférentes diligentées par l’Organisation camerounaise pour la Protection de l’arbre (O.C. P. A.). nul doute qu’avec l’installation des nouveaux responsables nommés, ce département ministériel amorce une mutation aux relents de révolution à venir pour le secteur forestier. Aussi y a-t-il lieu de suivre avec quelque intérêt leurs installations prévues vendredi prochain. Par Nyobe Nyobe App


Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Read Previous

Afrique du Sud : Des organisations de la Société civile sortent du silence et s’unissent contre la recrudescence des violences xénophobes

Read Next

Grogne des Personnels de la Bicec : La cession des parts mettra-t-elle un terme au quiproquo ?

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *