Une subvention vient d’être accordée au Tchad par l’Agence française de Développement (Afd).

le ministère de la Santé lance le projet au profit des provinces du Mandoul et du Logone oriental

Il s’agit de la mise en œuvre du projet Pasfass qui vise à améliorer l’autonomisation sociale des femmes tchadiennes par un meilleur accès aux services de santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et des adolescentes, à la planification familiale et la prise en compte des violences basées sur le genre. Le montant octroyé est d’environ, 3,250 milliards Fcfa.

Dans les provinces ciblées par le projet où les taux de mortalité infantile sont au-dessus de la moyenne nationale, «il va s’agir entre autres, d’accroître la demande de services de santé avec un accent particulier sur l’approche communautaire soutenue par le ministère de la Santé publique, d’améliorer la qualité de l’offre des services, et de soutenir l’ensemble de l’action par un mécanisme de recherche-action », nous apprend une source proche du ministère de la santé.

Faisant donc état des perspectives ou tout au moins des résultats escomptés, l’on nous précise que: «ce projet est d’atteindre 548 000 personnes qui bénéficieront d’un accès amélioré à des soins de qualité, dont 120 000 femmes en âge de procréer. Une attention particulière sera accordée aux jeunes, aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 5 ans. Ce projet va  d’une durer trois ans»

par Hermine Yèyè

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here