tchad
les leaders désormais libres

(Agence de presse panafricaine) -Arrêtés le 27 mars dernier pour être ensuite déposés au commissariat central de la police de N’Djaména, les manifestants contre le sixième mandat de Déby Itno, recouvrent totalement leur liberté.

 

 

 

 

 

hier matin, au commissariat central de la police de la ville capitale du Tchad, la tension a monté d’un cran, à en croire le président national du parti Union sacrée pour la république (USPR), François Djékombé : « Lors de notre arrestation, les Renseignements généraux qui ont confisqué nos cinq téléphones, nous ont demandé le code pour ouvrir nos téléphones et fouiller le contenu. Nous avions refusé. Le Directeur des renseignements généraux qui s’est excusé auprès du commissaire central adjoint de la police, a promis de nous remettre nos téléphones ce matin », a-t-il rappelé. Il a fallu attendre jusqu’à 11h 57mn pour que ces moyens de communication soient restitués au responsable de l’USPR et ses compagnons d’infortune.

 

 

D’après les témoignages recueillis, les leaders arrêtés lors de cette marche, ont été maltraités durant toute la journée. Les auteurs de cet acte « ignoble et barbare » sont respectivement les éléments du Groupement mobile d’intervention de la police (GMIP) et la police politique. Dans le rang des organisateurs de la marche contre le sixième mandat de Déby Itno, la violence ingurgitée par leurs camarades de lutte est une humiliation pour la démocratie et ne restera pas impunie. Ils entendent intensifier d’autres actions de grande envergure, au prix de leurs vies, dans les prochains jours.

 

 

 

Steven Ngarhokarial, correspondant (APP) Tchad

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here