Une nouvelle page de l’histoire Afrique-France, s’écrit devant nous:

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La France l’époque du pré-carré, de l’aide compassionnelle révolue?
Une nouvelle page de l’histoire Afrique-France, s’écrit devant nous. Elle est en train de supplanter une « Françafrique à bout de souffle ». Les opinions publiques non affutées n’ont pas su anticiper cette réalité.
Les écumes du vieux monde continuent malheureusement d’occuper l’espace, notamment médiatique, encore plus l’hystérie sur l’immigration qui pollue les débats. Alors qu’en dessous, la tectonique des plaques est à l’œuvre depuis bien longtemps déjà.
Il faut une politique de visa plus avenante pour les hommes d’affaires Africains.Le changement générationnel des décideurs, publics et privés, des deux côtés de la Méditerranée étant plus consciencieux.La France n’avait plus le choix ! Elle a été poussée dans ses retranchements.
Il convient également d’accepter l’émergence de ce géant potentiel Africain dans toutes ses composantes, et habillages.
Les standards s’améliorent, les règles évoluent, et les exigences sont de plus en plus élevées. 
L’entreprise doit désormais aller plus loin dans sa communication.
Dans ce contexte, les médias, les ONG, les populations locales, ne sont plus des adversaires, mais des leviers d’influence, de conviction ou d’explication. Ils doivent être respectueusement considérés des partenaires privilégiés du Développement mondialiste et de la Solidarité Internationale.
Un nouveau paradigme qui implique inéluctablement une évolution du discours.
L’Afrique est donc bien une chance pour la France. Il est dans l’intérêt des entreprises d’en faire un plaidoyer, en acceptant la concurrence internationale (acceptation des règles du commerce international), en s’adressant à toutes leurs parties prenantes, avec sincérité, et de bon droit culturel.
La France a tout aussi besoin de son immense voisin du Sud, pour envisager avec optimisme son avenir, et demeurer une grande puissance, qui pèse et qui compte. 
En 2050, la Francophonie économique comptera 750.000.000 locuteurs francophones dont plus de la moitié sont issus et originaires du continent Afrique), avec des mouvements de circulation d’individus qui seront encore plus marqués intracontinentaux. Le produit intérieur brut de l’Afrique se rapprochera de celui de l’Union européenne.
Mireille MOUÉLLÉ


Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Read Previous

*SÉNÉGAL. L’AFRIQUE SE RÉVEILLE-T-ELLE ?*

Read Next

L’Europe vieillissante a besoin d’une population active renouvelée! :

One Comment

  • les africains commencent déjà a s’ouvrir et l’étau se resserre peu à peu sur eux

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *